Ciné Système, le cinéma en pratiques

Accueil > Témoignages > Utilisateurs > Alain Gauthier

Alain Gauthier

Après un parcours professionnel exceptionnellement rempli, comme technicien caméra et directeur technique auprès des plus grandes maisons de location de matériel pour le cinéma (Alga Paris, Schmidl à Munich, Groupe TSF, Technovision, Bogard et Transpacam...), Alain Gauthier vient donner un coup de main à Ciné Système.


JPEG - 155.1 ko
Alain Gauthier à Transpacam

Alain Gauthier a décidé de venir nous donner un coup de main pour expliquer à nos réalisateurs stagiaires l’importance de l’héritage de l’argentique dans les caméras d’aujourd’hui (et de demain !). C’est une vieille complicité qui nous lie et on est bien contents qu’elle continue.

Alain a formé des assistants et aidé des dizaines de chefs opérateurs en réglant le matériel, en venant dépanner les équipes en tournage, en adaptant le matériel à leurs demandes particulières et en remettant des caméras en état de marche, quitte à les remonter pièce par pièce.

Il nous prête notamment son fameux squelette de caméra Arri BL, caméra révolutionnaire [1]
quand elle sortit en 1972, à temps pour les J.O. : le mouvement, l’obturateur, le système Reflex, la fenêtre d’impression et la monture de l’objectif mis à nus permettent de montrer concrètement les principes de base de la prise de vues au cinéma : l’entraînement de la pellicule par alternance, la délimitation de chaque image sur la pellicule, le foyer et le plan film, la visée Reflex...

JPEG - 249.1 ko
corps d’Arri BL mis à nu

Ce qu’il faut pour les nécessaires cours d’anatomie de caméra qui inaugurent le stage !

info portfolio

Arricam LT

Notes

[1ARRI commence à développer le concept de la 35BL en 1966. A cette époque n’existait aucune caméra à la main, silencieuse et reflex pour le cinéma 35mm. ARRI combla ce manque avec une caméra qui changea la cinématographie pour toujours. Panavision suivit bientôt avec la Panaflex : ce fut la fin de l’âge de gloire de la Mitchell BNCR.
La BL fut mise sur le marché en octobre 1972, juste à temps pour les Jeux Olympiques qui avaient lieu dans la ville natale de ARRI, à Munich. Elle fut largement utilisée pour filmer les JO. Cette première version de la BL, plus tard appelée « BL-1 », était totalement unique car elle était la première caméra portable, silencieuse, reflex et entraînement à double contre-griffe jamais créée, et proposait en plus l’enregistrement à 100 images par seconde ! C’était véritablement une caméra révolutionnaire. On en vendit plus de 1700.

samedi 19 octobre 2013, par Hélène de Roux

| Nous contacter | Mentions légales | Remerciements | Page Facebook | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0